2 ans de travail franco-anglais

CobBauge, copiloté par l’ESITC Caen et l’Université de Plymouth, regroupe 6 partenaires franco-britanniques et a été sélectionné par le programme Interreg VA France (Manche) / Angleterre : Earth Building UK and Ireland (EBUKI), ESITC Caen, HUDSONArchitects, Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin (PnrMCB), Université de Caen NormandieLaboratoire LUSAC, Université de Plymouth.

Les différentes équipes ont travaillées pendant plus de 2 ans à la reformulation d'une technique séculaire : la bauge

Largement utilisée pour la construction des deux côtés de la Manche, cette technique devait se modernier pour répondre aux exigences energétiques actuelles

La première phase du projet CobBauge a donc permis de remettre au goût du jour ce matériau de construction composé d'un mélange de terre, de fibres naturelles et d'eau

 

La bauge : un matériau écoénergétique

Ce projet franco-britannique, conduit dans le cadre du programme Interreg s'ancre dans une dynamique de construction respectant l'environnement

La réhabilitation de la bauge permet de réduire les émissions de Co2 et la production de déchets. Ce projet s'inscrit directement  dans le cadre des actions de l’Union Européenne visant à réduire de 20% les émissions de CO2 de la zone FMA d’ici 2020.

A noter que le cycle de vie des matériaux et plus particulièrement la question des déchets est une problématique récurrente dans le secteur de la construction. 

 

Phase 1 : élaborer une nouvelle version de la bauge (2017-2019)

Côté anglais et côté français, la première phase s'est attachée à formuler une bauge nouvelle pour optimiser ses performances thermiques. 

Pour des finalités fonctionnnelles, 2 formulations ont été arrêtées. Une première plus légère aux propriétés thermiques accrues. Une seconde, plus dense, propice à la stabilisation et la tenue des structures. 
 

Phase 2 : la bauge en grandeur nature (2019-2023)

Cette première phase du projet étant un véritable succès, Interreg a renouvellé son soutien. 

Le 3 septembre dernier, à Londres, a eu lieu la journée de lancement de cette deuxième phase. 

Après avoir formulé un matériau répondant aux exigeances energétiques actuelles, l'objectif est désormais de construire des bâtiments témoins

En France et en Angleterre, des constructions vont voir le jour, qui permettront aux chercheurs d'étudier en "conditions réelles" les performances energétiques de cette bauge 2.0. 

Des axes de travails prioritaires ont été arrêtés : 

  • Design environnemental des 2 bâtiments 
  • Evaluation du cycle de vie du matériau
  • Formation auprès des acteurs du marché 
  • Communication des résultats

 

Consultez la plaquette de présentation du projet

 

Des partenaires complémentaires

 

Lire